Cycle d'actions sur l'alimentation

Date d'édition : 2021
Sabdou Da Costa, chargée de vie résidentielle au FJT Hénéo Yvette Guilbert nous a expliqué comment s’était déroulé l’accueil de stagiaires en diététique au sein de sa résidence.

Pendant un mois, de fin juin à fin juillet, les deux résidences-FJT Yvette Guilbert et Emile Level, gérées par Hénéo, ont accueilli 3 stagiaires, Léa, Bérénice et Chloé, en 3e année de BTS diététique à l’école Progress (75010).

Un partenariat gagnant-gagnant :

  • les étudiants ont du mal à trouver des stages qui leur plaise en 3e année
  • les questions relatives à l’alimentation des résidents reviennent régulièrement en FJT

La mise en place

Lors de la première rencontre l’équipe a présenté ce qu’est un FJT aux 3 stagiaires, elles étaient très intéressées car leurs stages habituels se déroulaient plutôt dans des milieux médicaux, les aspects diététiques sont alors reliés à des problèmes de santé, alors qu’en FJT l’objectif est d’aborder l’alimentation et la nutrition de manière générale avec un public plus diversifié.

Objectifs à réaliser

Ils ont ensuite déterminé les objectifs de leur stage :

  • transmettre des informations de manière générale sur l’alimentation et la nutrition
  • également de manière spécifique selon les différents publics : familles monoparentales, jeunes étudiants, jeunes travailleurs
  • essayer d’apporter des solutions aux problématiques de recours trop fréquent (voir quotidien) à la livraison des repas dans la résidence, ce qui entraine des budgets alimentation très élevés.
Dans le hall de la résidence, collecte des besoins

Les actions

Leur idée était de partir des besoins des résidents, elles ont donc organisé une première animation dans le hall de la résidence pour collecter les sujets qui pouvaient leur servir.

Elles ont également placé une boite à idées avec des petits post-it et stylos pour poursuivre la collecte tout au long de leur présence.

A partir de ces éléments, elles ont réalisé deux actions collectives par semaine, des ateliers pratiques :

  • je cuisine mon Uber eat avec une pizza et des fajitas maison : les résidents pouvaient ensuite comparer le budget du repas maison contre le budget livraison. La sentence était sans appel.
  • cuisiner avec peu de matériel
  • crêpes et salades de fruit
  • préparer les petits pots maison : compote de pomme et purée de carottes

Et des ateliers théoriques comme sur le Nutriscore et les applications de mesure des aliments (Yuka) – une thématique issue de la boite à idée. Leur astuce, faire ces ateliers théoriques dans un lieu de passage pour accrocher plus facilement des résidents.

Les stagiaires proposaient également des rencontres individuelles avec les résidents, pour aborder leurs problèmes alimentaires et répondre à leurs questions. Par exemple, les familles monoparentales avaient beaucoup de questions sur l’alimentation des bébés.

Elles ont aussi décomplexé les résidents, l’alimentation c’est aussi se faire plaisir, l’important est de manger diversifié pour être en bonne santé.

Elles en ont également profité pour réaménager les cuisines des salles collectives et ont sélectionné puis acheté à moindre coût (à la ressourcerie de l’arrondissement – vers laquelle elles ont aussi orienté des résidents) des ustensiles pratiques pour pouvoir réaliser des ateliers cuisine.

Atelier pizza - 3 jeunes font de la pâte à pizza

Un bilan très positif

Léa, Bérénice et Chloé ont réalisé 6 ateliers dans la résidence Yvette Guilbert et 4 au sein de Emile Level. Elles ont reçu un très bon accueil du public et dès leur départ les résidents ont demandé « Quand est-ce qu’elles reviennent ? ».

Pour le FJT ça a été une expérience très utile, elles ont apporté un regard différent, étaient très à l’écoute, elles n’étaient pas dans le jugement, avaient de la créativité (ne retranscrivaient pas scolairement leurs apprentissages) et partaient vraiment du besoin des résidents.

Le fait que les stagiaires étaient dans la même tranche d’âge que les participants a beaucoup facilité le contact avec le public : ça passait donc plutôt bien pour un sujet qui aurait pu être perçu comme moralisateur si ça avait été par une personne plus âgée.

L’action collective qui a le mieux fonctionné était « cuisiner son Uber Eat », un sujet qui parle particulièrement aux résidents. Le sujet principal des résidents masculins : le sport et l’alimentation.

Le fait qu’elles étaient trois était également un point positif, elles avaient des caractères et approches différentes. Leur nombre permettait également davantage d’informer pendant et hors des ateliers, chacun avait alors la possibilité de pouvoir poser les questions qui le préoccupaient.

Enfin, à la fin des ateliers elles partageaient les recettes sous forme de petites fiches. Elles les ont également imprimées en grand format et affiché dans la résidence.

Face à ce bilan très positif, les deux résidences-FJT espèrent pouvoir renouveler l’expérience l’année prochaine !

Document(s) à découvrir

Pas de ressources attachées

Partagez ce contenu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Ce contenu pourrait aussi vous intéresser

L’égalité entre les sexes

Date d'édition : 2022

Dynamiser le collectif

Date d'édition : 2017

Réaliser un projet en résidence-FJT

Date d'édition : 2019

Un concours photo – pour réinventer l’action collective

Date d'édition : 2020

Atelier cuisine en live sur Instagram

Date d'édition : mai 2020
Ne manquez rien de nos actualités 

Formulaire d’inscription à la lettre aux partenaires

Vous œuvrez au quotidien au service des jeunes francilien·e·s ? Abonnez-vous à notre lettre trimestrielle pour être informé·e de nos réflexions, de nos analyses et de nos actions au service des jeunes !

Je m'abonne

* champ requis
En renseignant ce formulaire, vous acceptez de recevoir notre communication (environ 1 fois par trimestre). Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de description que vous trouverez en bas de chaque newsletter ou par mail : contact@urhaj-idf.fr.