L’égalité entre les sexes

Date d'édition : 2022
L’égalité entre les sexes vise l’égalité des droits entre les hommes et les femmes et l’élimination de toutes les formes de discriminations et de violences contre les filles et les femmes. Les problématiques d’inégalités de sexe ou même de violence touchent au quotidien tous les milieux : les résident(e)s de FJT ne font donc pas exception. Dans ce dossier thématique, nous allons identifier comment mettre en place des actions collectives dans les résidences FJT

Vous trouverez dans ce dossier de nombreux partenaires et outils que vous pourrez mobiliser ou dont les travaux pourront vous inspirer pour vos animations, ainsi que des exemples d’actions mis en place dans les FJT. Ces listes ne sont pas exhaustives. N’hésitez pas à nous communiquer vos propres informations ou contacts !

Comment agir ?

Pour vous aider dans l’organisation d’actions collectives sur les droits de femmes et l’égalité entre les sexes dans les FJT, vous trouverez ci-dessous des associations ou des partenaires à contacter, ainsi que des outils et des ressources.

Partenaires et relais

  • Le site officiel du gouvernement Arrêtons les violences permet de signaler des violences sexistes et sexuelles. Le site propose également des kits pédagogiques pour se former à la problématique des violences sexistes et sexuelles, ainsi que l’adresse de plusieurs associations de prévention et de lutte contre ces types de violences.

  • CIDFF : Présents dans chaque département, les Centres d’information sur les droits des femmes et des familles ont pour mission principale d’assurer gratuitement l’accès des femmes à une information concernant l’ensemble de leurs droits. Ils ont aussi pour objectif de favoriser l’autonomie sociale, professionnelle et personnelle des femmes et de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes. Ils fournissent différents supports d’information et de méthodes pédagogiques sur l’égalité entre les femmes et les hommes.
              
  • Centre Hubertine Auclert : Organisme associé de la région Ile-de-France, le centre apporte de l’expertise et des ressources sur l’égalité entre les sexes et la lutte contre les violences faites aux femmes à travers son observatoire. Véritable mine d’informations, il aide ses membres à monter des projets, favorise les événements sur l’égalité femmes-hommes et la lutte contre les discriminations sexistes. Sur son site internet, vous trouverez des infos, des ressources et une offre de formation.
    Le centre a mis en place une carte reprenant tous les dispositifs d’accueil en Ile-de-France pour accueillir les femmes victime de violences. Il propose également différentes ressources (podcast, documentaire, ouvrage, études, brochure d’informations) sur lesquelles vous pouvez vous appuyer pour vos actions collectives.

    Conçu par l’Observatoire régional des violences faites aux femmes du Centre Hubertine Auclert, le site stop-cybersexisme.com propose un kit de prévention, avec un spot, des flyers et des affiches.

  • L’équipe de La Maison des femmes intervient notamment dans les entreprises, les institutions ou autres organismes qui souhaitent informer et sensibiliser leurs équipes au sujet des violences faites aux femmes.

  • Nous Toutes : Ce collectif se bat contre les violences sexistes à travers de l’information et de la formation.

  • Le CRIAVS (centre ressource pour les intervenant(e)s auprès des auteurs de violences sexuelles) forme les professionnel(le)s à la prise en charge des auteurs des violences sexuelles, qu’ils soient mineurs ou majeurs, et développe des programmes et des outils de prévention.  L’association a élaboré des boîtes à outils pour la prévention et l’éducation sur le consentement auprès des jeunes.

  • Voix de femmes s’engage avec une campagne sur le mariage forcé.

  • La fondation des femmes en partenariat avec L’Oréal propose une formation contre le harcèlement de rue nommée Standup, qui est gratuite et qui peut être partagée auprès de vos résident(e)s.

  • Les Zôtesses : Lors de leurs interventions théâtrales, les actrices du collectif Sangs mêlés animent avec humour et pertinence vos actions en faveur de l’égalité femmes-hommes.

  • Le Mouvement français du planning familial intervient auprès des jeunes sur l’égalité filles-garçons, l’éducation affective et sexuelle, la prévention et le repérage des violences faites aux jeunes filles. Il
     dénonce et combat notamment toutes les formes de violences et de discrimination.

  • Depuis 2020, le site de vente en ligne Sarenza a mis en place sur son site un relais caché redirigeant vers le tchat d’En avant toute(s) : en tapant « Sandales Simone » dans la barre de recherche, tous les accès aux conseils sont proposés à celles et ceux qui en auraient besoin, dans la discrétion la plus totale. Une interface destinée aux femmes dont le téléphone portable est surveillé par leur agresseur, afin qu’elles y trouvent toutes les infos nécessaires sans risquer de s’exposer.

  • L’association PARLER, groupe de parole bienveillant entre victimes de violences sexuelles, propose aux femmes et aux hommes qui le souhaitent d’assister dans plusieurs villes de France à ses « rendez-vous » pour échanger, et partager un vécu, une expérience.

Outils et ressources

Quelques exemples utiles et pratiques pour vous outiller dans vos actions collectives :

  • Un guide juridique, Logement et violences conjugales, pour assister les femmes victimes de violences. En 34 fiches, ce guide gratuit élaboré par la Fédération nationale solidarité des femmes permet d’orienter sur la question du logement la victime en fonction de sa situation. Les fiches sont organisées autour de six thématiques (violences liées au logement ; éviction du domicile et éloignement du conjoint violent ; préparer un départ du domicile ; accès au logement social ; situations résidentielles précaires ; aides financières liées au logement), il présente l’essentiel du droit et la façon de le faire appliquer durant le parcours administratif des femmes victimes de violences.

  • Cheval de bataille : Ce jeu permet aux résident(e)s d’expérimenter les inégalités hommes-femmes. Permettant la prise de conscience des différentes formes de discriminations, il ouvre la porte à des échanges autour des moyens à mettre en œuvre pour y remédier. Reprenant le principe classique du jeu des petits chevaux, ce jeu propose de traverser quatre univers contrastés (Famille et travaux domestiques, Politique et médias, Économie et monde professionnel, Hygiène et santé) : il donnera aux résident(e)s de faire expérimenter les inégalités dans l’accès aux droits.
    Pour en savoir plus

  • Inclusiscore : Un outil de réflexion et de questionnement destiné aux bénévoles et aux salariés, qui permet à chaque association d’examiner son niveau d’inclusion à un instant T et de trouver des clés pour cheminer vers une association plus mixte. Il prend la forme d’un questionnaire articulé autour de trois axes : « le projet associatif », « l’ouverture à tous » et « la gouvernance ».

  • Le  violentomètre : Avec 23 questions rapides, cette règle graduée et colorée est un outil d’autoévaluation qui permet de repérer les comportements violents et de mesurer si la relation de couple est saine (en version web et en version HD pour impression).
    Pour en savoir plus

  • Le Monopoly des inégalités : qui, entre autres, évoque les inégalités hommes/femmes, lancé par l’Observatoire des inégalités dans le cadre de sa Boîte à outils pédagogique.

  • L’État a mis à disposition des professionnel(le)s (santé, social, éducation, etc.) différents outils pour les accompagner dans le repérage et la prise en charge des femmes victimes de violences. Affiches, courts métrages, livrets, dépliants, infographies, modèles d’écrits professionnels… ces « kits » sont adaptés aux différentes formes de violences (mutilations sexuelles, violences sexuelles, harcèlement au travail, dans les transports, etc.).

  • Et pour en savoir plus sur la progression de l’égalité dans le monde professionnelle en France, retrouvez ici une étude récente sur la question.

Types d’événements possibles

  • La promotion de la mixité et de la parité (si possible) dans la vie de la résidence, notamment dans les CVS et autres groupements de jeunes. Et pourquoi pas instaurer cette parité dans les CA, une manière d’éduquer en donnant l’exemple (voir l’Inclusiscore dans la rubrique « Outils »).

  • L’éducation à la vie affective et sexuelle : elle vise un apprentissage sur l’importance de la santé sexuelle et reproductive, sur l’égalité entre les sexes et également sur les relations affectives et sexuelles désirées et consenties. L’idée est de mettre en place des espaces d’échanges animés si possible par des professionnels pour que les jeunes puissent être sensibilisés à ces questions. L’instauration d’un espace de discussions est importante, car au-delà du fait de sensibiliser les jeunes, elle permettra aussi de libérer la parole et d’instaurer le dialogue entre les jeunes.

  • La Lutte contre les violences sexuelles : l’instauration d’activités collectives, notamment avec l’élaboration de communication sur la manière de détecter les signaux et sur les partenaires vers lesquels se tourner en cas de situation difficile.

  • La mise en place d’actions ludiques sur l’égalité entre les sexes (café débat ; pièce de théâtre ; podcast ; exposition sur l’évolution des droits des femmes, les stéréotypes ou l’égalité au travail, etc.).

    • Exposition photo ou BD
      Comme l’ont déjà fait les résidences ALJT (Diderot, Dumas et Pyrénées), il est possible de mettre en place une exposition qui illustre des témoignages de femmes confrontées aux problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme et le sexisme ordinaire. L’exposition peut aussi concerner l’évolution des droits des femmes, le féminisme ou les stéréotypes. Une telle exposition peut prendre différentes formes : images illustrées, BD, photos. Elle peut s’accompagner d’un mur d’expressions et pourquoi pas d’un débat pour échanger sur le sujet.

    • Intervention d’un(e) professionnel(le)
      Il est également possible de faire intervenir des professionnels ou des associations pour animer des actions collectives sur la question. Cela permet aux résidents d’avoir connaissance des dispositifs existants et de savoir vers qui se tourner en cas de besoin. Vous trouverez dans la liste des ressources, des partenaires à solliciter dans le cadre d’actions collectives sur cette thématique.

    • Mise en place d’un podcast
      La mise en place d’un podcast par les résident(e)s peut être un bon moyen de libérer la parole et de permettre aux jeunes de donner leurs avis sur des problématiques qui les interrogent au quotidien. 

    • Création d’une activité artistique sur les violences faites aux femmes et les stéréotypes
      Impliquer les résidents dans une création artistique sur cette thématique est une bonne manière de déconstruire les idées préconçues, mais aussi de sensibiliser. Cette création peut être un reportage vidéo, des ateliers de peinture, un théâtre-forum, un concours d’éloquence, des jeux de rôles ou même la mise en place d’un spectacle musical.

    • Et bien sûr, la formation des professionnel(le)s des résidences pour les aider à informer les jeunes et repérer, accompagner et orienter celles qui seraient en difficulté.

Pistes de réflexion

Voici quelques sous-thèmes à aborder, proposés en 2021 par la Mairie de Paris pour l’organisation future d’événements :

  • Les relations amicales, en interrogeant la construction genrée du rapport à l’autre, notamment l’amitié, la question de l’amitié fille-garçon…
  • Les relations amoureuses. L’entrée dans la vie amoureuse est un moment révélateur des inégalités entre les filles et les garçons, ainsi que des rôles attendus pour chacun(e). Les jeunes hommes sont valorisés selon une norme de virilité, les jeunes femmes subissent la double injonction de devoir se montrer désirables et tout à la fois « respectables », suivant les stéréotypes découlant du patriarcat. Les relations amoureuses et sexuelles des filles sont particulièrement surveillées.
  • Vie, relations, identités sexuelles, connaissance et respect du corps : des notions qui permettent d’aborder le consentement, mais surtout dans un esprit d’ « empouvoirement », le désir féminin, le plaisir sexuel, l’idée de body positive…

Exemples d’actions collectives mises en place au sein des FJT

Dans le cadre de la journée du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, différentes activités ont déjà été proposées par les FJT, pour certaines soutenues par la Ville de Paris. Les structures organisent régulièrement des événements, destinés à sensibiliser les jeunes à l’égalité entre les sexes et aux violences faites aux femmes.

Parmi ces initiatives, notons en 2022 :

  • Une soirée sexualité en janvier pour informer, entre autres, sur les violences sexuelles et un projet de soirée « Harcèlement de rue » dans les prochaines semaines au foyer Jeune Cordée (75009).
  • Une soirée débat sur l’évolution des droits des femmes, de l’égalité salariale, accès à l’emploi, parité en politique, animée par Elisabeth Loyant, chargée de mission à l’égalité femmes-hommes au foyer Relais Jeunes de Moissy-Cramayel (77).
  • Une exposition, « Évolution des conditions de la femme », à l’extérieur du FJT Relais Jeunes de Moissy-Cramayel (77).

D’autres initiatives en 2021 :

  • Un stage de riposte de prévention des agressions ou stage d’autodéfense animée par l’association ARCAF au sein du foyer Jeune Cordée.
  • Des ateliers-débats sur la manière de déjouer les stéréotypes sexistes pour éviter les violences (harcèlement, cybersexisme, violences dans les relations de couple…), réservés aux résidentes du FJT Tolbiac.
  • Une collecte de produits d’hygiène au sein du FJT Tolbiac.
  • Un débat animé par un philosophe au FJT de Championnet organisé pour ses résident(e)s un débat animé par un philosophe, centré sur les questions d’égalité/ d’inégalités entre hommes et femmes et sur les rôles assignés dès l’enfance.
  • L’intervention, à la Cité des Fleurs, d’un procureur de la République, venu parler de l’organisation judiciaire et des violences intrafamiliales et sexuelles.

Document(s) à découvrir

De nombreuses autres associations listées pas la Mairie de Paris pour vous aider dans vos animations collectives sur cette thématique

Partagez ce contenu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Ce contenu pourrait aussi vous intéresser

Un jeu pour lever les préjugés !

Date d'édition : 2022

Santé mentale

Date d'édition : 2022

Guide : Accompagner les sorties de dispositifs de prise en charge

Date d'édition : 2021

Sensibilisation sur les élections

Date d'édition : 2022

Cycle d’actions sur l’alimentation

Date d'édition : 2021

Recensement des aides pour accompagner les parcours résidentiels

Date d'édition : 2020

Chartes Laïcité

Date d'édition : 2018

Solidarité : des outils pour s’engager

Date d'édition : 2020
Ne manquez rien de nos actualités 

Formulaire d’inscription à la lettre aux partenaires

Vous œuvrez au quotidien au service des jeunes francilien·e·s ? Abonnez-vous à notre lettre trimestrielle pour être informé·e de nos réflexions, de nos analyses et de nos actions au service des jeunes !

Je m'abonne

* champ requis
En renseignant ce formulaire, vous acceptez de recevoir notre communication (environ 1 fois par trimestre). Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de description que vous trouverez en bas de chaque newsletter ou par mail : contact@urhaj-idf.fr.